Journal du Millésime 2019

2019, un millésime aux multiples rebondissements

Après la relative fraîcheur et l’humidité du mois de janvier, la douceur s’est installée de février à mars, avec des journées anormalement sèches et chaudes (+2°C par rapport aux normales saisonnières), lesquelles ont provoqué un débourrement précoce, toujours source d’inquiétude par rapport aux gelées tardives.

Avril-Mai :

Les peurs étaient justifiées : le 4 et 14 avril ainsi que le 5 et 6 mai, le mercure avoisinait 0°C. Certaines parcelles, près des bois ou dans des couloirs venteux, ont été touchées. En avril, des précipitations de nouveau abondantes (50% supérieures à la normale trentenaire) ont causé un léger ralentissement de la pousse.

Juin :

Début juin, l’augmentation significative des températures a permis une floraison et une nouaison rapides et homogènes, juste avant la pluie critique du 5 juin (41 mm) qui a fait craindre le pire : phénomène de coulure. Mais, fort heureusement, aucun dégât à déplorer. L’anticyclone s’est alors installé et nous a protégés tout au long de l’été. 

Juillet-Août :

L’été est marqué par une succession d’épisodes caniculaires avec un record de 40°C atteint le 23. Le 31 juillet, début de la véraison. La pluviométrie, cumulée sur la période estivale, est de 138 mm contre 182mm – moyenne trentenaire ; ce « faible écart » traduit mal la sècheresse qui peut se faire ressentir sur les parcelles filtrantes de graves et de sables. Les précipitations sont en effet orageuses c’est-à-dire abondantes mais fulgurantes. Elles ne permettent pas une bonne assimilation de l’eau par les vignes. La conduite de la vigne est modulée en fonction : des rognages plus bas pour limiter la surface foliaire, un effeuillage modéré, une gestion des enherbements…

Septembre :

 En septembre, les fortes amplitudes thermiques (12°C nuit et 26°C jour) ont permis une très bonne synthèse des anthocyanes. Les vendanges se sont déroulées en deux temps. Première phase, mi septembre, sous un ciel radieux et des températures caniculaires. Les merlots sont rentrés mûrs et goûteux. Fin septembre, l’arrivée d’une dépression a engendré une diminution salvatrice des degrés alcooliques potentiels et permis aux cabernets francs de parvenir à une maturité optimale. Deuxième phase de récolte début octobre pour récolter les merlots tardifs et les premiers cabernets francs. Les vendanges se sont terminées mi octobre sur les parcelles de cabernets-francs tardives.

Octobre-Novembre 

Après un mois d’octobre marqué par un déficit pluviométrique, novembre et décembre ont été intensément arrosés. Des précipitations-record qui ont permis de reconstituer les nappes phréatiques : novembre 2019 restera dans les annales comme le deuxième mois le plus pluvieux depuis 1970 (26 jours de pluie comptabilisés).

Clarisse 2019 est un vin complet et complexe. C’est l’alliance entre des merlots concentrés, solaires, capiteux et des cabernets-francs digestes, davantage dans la fraîcheur et la tension. Il exprime déjà une riche palette aromatique dans les premiers mois d’élevage. Les tanins fins et serrés ne nécessitaient pas d’extraction poussée. Il importait de travailler l’élégance plus que la puissance.

Julien Viaud