Journal du Millésime 2014

Avril

Après un bel hiver d’une douceur exceptionnelle, ne comptant que quelques jours de gelée, les premiers rayons de soleil d’avril provoquent un débourrement de la vigne rapide et homogène. On compte alors deux bonnes semaines d’avance. Après la présentation morose du millésime 2013, c’est rassurant. Le climat est orageux, avec des précipitations fréquentes, peu intenses, mais régulières. Les températures se rafraîchissent dès la deuxième partie du mois, ce qui a pour effet de mettre un frein considérable à la vigueur de la pousse. L’avance sur le cycle se restreint.

Mai

La météo du mois de mai garde un profil orageux et les pluies restent fréquentes. Il n’est pas simple de protéger le vignoble, de trouver l’opportunité de rentrer, alors que les traitements sont vite lessivés. Les sols, où poussent les herbes adventices que l’hiver n’a pas pu détruire, ont de la difficulté à se ressuyer après les pluies fréquentes, surtout les plus argileux. L’activité photosynthétique manque un peu d’énergie, le feuillage est un peu terne. L’inquiétude monte alors à mesure que la floraison approche. On a besoin de chaleur. Sur les secteurs précoces, on observe les premières fleurs dans les derniers jours du mois.

Août

Traditionnellement, le mois d’août du vigneron est un mois de répit. La vigne cesse sa pousse folle et s’occupe de ses fruits. L’abondance du soleil limite la pousse des herbes et les sols sont propres. C’est l’heure des vacances bien méritées. Août 2014 en a décidé bien autrement. Tout en maintenant une ambiance fraîche et orageuse, le millésime appelle encore à la vigilance. Bien des feuillages en feront les frais, se laissant envahir par un « mildiou mosaïque » assez virulent. Bien des sols, qu’il ne faudrait plus toucher, sont trop sales pour tenir jusqu’aux vendanges. L’année du vigneron se dessine, s’imprime dans le paysage. Quelques parcelles s’affichent telles des verrues dans une architecture viticole marquée par le savoir-faire des vignerons. Une image de satisfaction, un vignoble en place malgré la contrainte. En fin de mois, alors que la véraison s’achève, les raisins gonflent, gorgés d’eau. Dans nombre de parcelles, le travail est à refaire, à peaufiner. Il faut couper des grappes, affiner les effeuillages. Le soleil s’installe de manière franche, la dernière ligne droite  sera longue et difficile.

Septembre – Octobre

Enfin l’été ! Alors qu’on n’y croyait plus, les beaux jours s’enchaînent, puis les belles semaines, laissant enfin un sentiment d’éternité. Le bilan est pourtant lourd, le poids des raisins pulvérise celui de la moyenne décennale. Les analyses de moût du début de mois laissent apparaître une situation plus mauvaise qu’en 2013. Il va falloir tenir, attendre et compter sur le maintien du beau temps. C’est alors le temps de la cartographie des parcelles. L’hétérogénéité est de mise dans les millésimes humides. Les parties humides ou fraîchement exposées enregistrent un retard. On observe, on analyse, on dissèque et on anticipe, posant des dates de vendanges qui, au regard de la saison passée, paraissent utopiques. Mais l’été indien a pris place, fort , imperturbable, et les jours se succèdent, apportant lentement la maturité, permettant gentiment la concentration des baies. Les raisins sont agréables à goûter. L’acidité donne aux fruits une énergie joyeuse et les peaux épaisses tardent à adoucir les tanins. C’est une maturité d’automne, elle ne se fera pas par le soleil. Le temps, l’alternance de nuits fraîches et de jours ensoleillés ont un rôle essentiel sur l’attendrissement des peaux. Elles se dilatent, se rétractent sans cesse. Elles se tannent.

Plus que jamais, l’opportunité de la créativité pour organiser la vendange s’est présentée cette année. Nombre de domaines, qui nécessitent 10 jours pour vendanger, prirent un mois afin de rentrer chaque parcelle sous la maturité optimum, ou choisie. Les premiers merlots tombèrent vers le 20 septembre alors que les derniers cabernets quittèrent leur ceps dans les tout derniers jours d’octobre.

Stéphane Derenoncourt

 

Au Château Clarisse, les vendanges ont eu lieu entre le 8 et le 17 octobre 2014.